Plates-Formes de Recherche en Neurosciences

logo amu logo cnrs

Plates-formes PFRN

Accueil > Plates-formes PFRN > Annonces > Inauguration du laboratoire NICN

Inauguration du laboratoire NICN

Le 7 juillet 2005, le laboratoire Neurobiologie des Interactions Cellulaires et Neurophysiopathologie (N.I.C.N.), rattaché au CNRS et à l’Université de la Méditerranée (UMR 6184) et dirigé par Michel KHRESTCHATISKY, ont inauguré leur nouveaux locaux au sein de la Faculté de Médecine, en présence de Messieurs Pierre CHIAPETTA, représentant Yvon BERLAND, Jean-Marie HOMBERT, Directeur Inter-régional du CNRS, Pierre DOUCELANCE, Délégué régional du CNRS, Bernard BIOULAC, Directeur scientifique adjoint au département Sciences de la Vie du CNRS, Alain ENJALBERT, Directeur de l’IFR Jean Roche et Félix WEYGAND, représentant le Conseil Général.

Ce fut l’occasion de mesurer le chemin, parsemé de nombreuses embûches, parcouru par des chercheurs, des techniciens et des étudiants venus d’horizons variés. L’UMR 6184 résulte de l’association initiale de trois jeunes équipes qui ont su fédérer leurs énergies et transformer leurs diversités en complémentarité. L’équipe dirigée par Michel KHRESTCHATISKY et Santiago RIVERA, chercheurs du CNRS venus à Marseille dans le cadre de la délocalisation de l’U29 de l’INSERM, s’intéressait aux mécanismes cellulaires et moléculaires associés à la mort neuronale et à la plasticité réactive observées dans des maladies du système nerveux, telles l’épilepsie ou lors d’accidents vasculaires cérébraux. L’équipe dirigée par José BOUCRAUT, enseignant-chercheur et praticien hospitalier, était initialement localisée dans le laboratoire d’Immunologie de la Faculté de Médecine de La Timone, où son directeur, le Pr. Dominique BERNARD a accueilli la majeure partie des membres du laboratoire NICN dans l’attente des travaux d’aménagement sur le secteur Nord. Cette équipe d’immunologistes s’intéressait aux processus neuro-inflammatoires qui résultent de l’interaction entre cellules du système immunitaire et du système nerveux dans de nombreuses pathologies du système nerveux, notamment dans la sclérose en plaques. L’équipe dirigée par Catherine FAIVRE-SARRAILH, chercheuse au CNRS, précédemment membre de l’IBDM, étudiait les molécules d’adhérence qui jouent un rôle fondamental dans les interactions entre les différentes catégories de cellules du système nerveux (neurones, oligodendrocytes, astrocytes etc..), aussi bien au cours du développement que dans les maladies du système nerveux, et possédait une expertise reconnue dans le développement du système nerveux de la drosophile. Ensemble, ils ont obtenu l’agrément du CNRS pour créer tout d’abord en janvier 2002 une FRE (2533) puis en janvier 2004 une UMR.

Début 2005, une nouvelle équipe, animée par François FERON, chercheur franco-australien et maintenant enseignant- chercheur à la Faculté de Médecine, a apporté son expérience dans les domaines de la neurogenèse adulte, de la thérapie cellulaire des maladies et lésions du système nerveux (notamment les lésions de la moelle épinière) et des mécanismes épigénétiques qui peuvent éventuellement influer sur le développement cérébral. Ensemble et séparément, ces quatre équipes travaillent dans le domaine des pathologies du système nerveux. Au niveau fondamental, elles s’intéressent tout particulièrement aux interactions neurones-glie-cellules immunes (une thématique en parfaite synchronie avec l’intitulé de l’Institut Jean Roche). En matière de recherche préclinique, elles développent des modèles animaux qui leur permettent de comprendre les mécanismes moléculaires qui précèdent l’apparition de la sclérose en plaques ou qui sont consécutifs à des convulsions ou des événements ischémiques. Elles utilisent également des stratégies de greffe de cellules immunes ou neurales pour tenter de réparer les dégâts causés par des maladies (sclérose en plaques, Huntington) ou des traumatismes (ischémie, lésions de la moelle épinière). Plus en aval, certains chercheurs du laboratoire mènent actuellement des essais cliniques de réparation du système nerveux : José BOUCRAUT, Sophie DESPLAT-JEGO et François FERON sont tous trois impliqués dans le fonctionnement du Centre de Thérapie Cellulaire du CHU de Marseille, situé à l’hôpital de La Conception. Enfin, Michel KHRESTCHATISKY s’est investi dans un projet de valorisation de la recherche en portant un projet de création d’une société de biotechnologie.

L’UMR 6184 NICN compte actuellement une trentaine de personnes. L’effectif est toutefois en pleine évolution. Deux chercheurs CNRS - Max DE REGGY et Bouchra GHARIB - ainsi que deux doctorants, basés à la Faculté de Médecine secteur Timone et spécialisés dans les interactions neuro-immunes, ont choisi de rejoindre l’équipe de José BOUCRAUT. Jean-Jacques REMY, chercheur INRA dans le laboratoire de Geneviève ROUGON et spécialiste de l’olfaction chez le rat et C. elegans, a décidé de venir renforcer les rangs de l’équipe de François FERON qui, bénéficie par ailleurs du recrutement par le CNRS d’Ibrahim EL CHERIF, spécialiste de l’épissage alternatif, et de l’arrivée de John BIANCO, chercheur post-doctorant australien. Enfin, des pourparlers sont engagés avec deux autres chercheurs statutaires qui ont émis le souhait de venir travailler dans le laboratoire.

François FERON et Michel KHRESTCHATISKY

    Ils nous font confiance

  • logo amu
  • logo cnrs
  • logo inserm
  • logo AP-HM
  • logo F�d�ration pour la Recherche sur le Cerveau
  • logo Fondation pour la Recherche Medical en France
  • logo IBiSA
  • logo Europe programme FEDER
  • logo Agence Nationale de la Recherche
  • logo Plateforme Technologique Aix-Marseille
  • logo Vect-Horus
  • logo Neuron Experts