Plates-formes PFRN

Accueil > Plates-formes PFRN > Annonces > Archives > Bourse de Thèse en Neurosciences

Bourse de Thèse en Neurosciences

L’équipe dirigée par le Pr. ROMAN F.S dans l’UMR 6149 "Neurosciences Intégratives et Adaptatives" (Université de Provence, Pôle 3C, St Charles, Marseille) recrute un doctorant (Titulaire d’un Master 2ème année) pour effectuer une thèse financée par une Allocation Ministérielle de Recherche "Fléchée" pour la rentrée universitaire 2008-2009.

Titre du projet : Potentiel thérapeutique de différentes voies d’administration de cellules souches adultes de la muqueuse olfactive dans un modèle de perte cellulaire hippocampique et effet sur la neurogénèse endogène.

Le système nerveux central (SNC) est sujet à de nombreuses pathologies (troubles congénitaux, cancers, AVC, maladies dégénératives) affectant des millions de personnes de tous âges. Bien que de nombreux traitements cherchent à limiter les dommages liés à ces maladies (avec plus ou moins de succès), les recherches actuelles s’orientent vers la mise en place de nouvelles stratégies curatives basées sur la thérapie cellulaire. Cette approche expérimentale consiste à compenser une perte cellulaire par de nouvelles cellules saines à fort potentiel de différenciation. Les résultats de nombreuses études ont démontré que ces cellules à viser thérapeutique doivent préférentiellement dériver de cellules qui peuvent devenir des cellules nerveuses. De fait, les cellules souches neurales constituent un candidat sérieux dans l’évaluation de l’impact de telles stratégies sur les pathologies du SNC. La muqueuse olfactive, située dans la cavité nasale, est un tissu nerveux périphérique dans lequel se produit une neurogénèse permanente tout au long de la vie. Des biopsies, pratiquées au niveau de la narine, permettent de prélever dans cette muqueuse des cellules souches adultes qui peuvent être cultivées. Ce projet repose sur l’évaluation du potentiel thérapeutique, d’un point de vue structural et fonctionnel, des cellules souches de la muqueuse olfactive dans les pathologies du SNC, et plus particulièrement dans un modèle de perte cellulaire au niveau de l’encéphale, touchant spécifiquement l’hippocampe. Dans cette étude, nous transplantons des cellules souches adultes de la muqueuse olfactive dans un modèle murin de syndrome amnésique. Les premiers résultats obtenus sont prometteurs. Nous avons montré que les cellules souches olfactives humaines greffées dans un hippocampe de souris lésé peuvent :
-  migrer vers une zone lésée, après injection contralatérale au site de lésion.
-  survivre au moins huit semaines après transplantation.
-  acquérir un phénotype neuronal (Gabaergique) et astrocytaire en contact avec le microenvironnement.
-  promouvoir une récupération des capacités mnésiques de souris lésées, évaluées avant et après la transplantation.
-  rétablir une plasticité des réseaux neuronaux hippocampiques, évaluée par des enregistrements de potentialisation à long terme sur matrice multi-électrodes.

L’ensemble de ces résultats montre une forte corrélation entre les résultats comportementaux, les données issues des analyses immunohistochimiques (IHC) et les données électrophysiologiques. Dans la continuité de cette étude, nous nous proposons de :
-  quantifier la neurogenèse endogène du gyrus denté de l’hippocampe induite par la transplantation ainsi que le taux de survie cellulaire après la greffe.
-  évaluer le potentiel de migration vers une zone lésée des cellules souches olfactives, suite à leur injection par voie systémique ou intrathécale.
-  comparer l’effet de ces différentes voies d’administration sur les capacités mnésiques d’animaux préalablement lésés
-  rechercher les mécanismes moléculaires qui sont à l’origine de la migration cellulaire et de la récupération mnésique..

En conclusion, l’étude proposée consiste en une approche globale (allant de la cellule au comportement), avec pour objectif principal de valider une nouvelle stratégie thérapeutique de transplantation cellulaire utilisant les cellules souches adultes de la muqueuse olfactive. Elle sera menée en étroite collaboration avec les équipes de Michel Vignes (CNRS UMR 5247, Montpellier) et de François Féron (CNRS UMR 6184, Marseille). Les candidat(e)s intéressé(e)s devront posséder des bases solides en biologie cellulaire et moléculaire. Une expérience dans le domaine du comportement animal, et particulièrement dans l’utilisation des tests mnésiques, serait souhaitable.

Les personnes intéressées sont priées de contacter : François Roman au 04 88 57 68 05 (Francois.Roman univ-provence.fr) ou François Féron au 04 91 69 87 70 (francois.feron univmed.fr)

    Ils nous font confiance

  • logo amu
  • logo cnrs
  • logo inserm
  • logo AP-HM
  • logo F�d�ration pour la Recherche sur le Cerveau
  • logo Fondation pour la Recherche Medical en France
  • logo IBiSA
  • logo Europe programme FEDER
  • logo Agence Nationale de la Recherche
  • logo Plateforme Technologique Aix-Marseille
  • logo Vect-Horus
  • logo Neuron Experts